L'Atelier du Tripalium

Date de parution : 01/05/2024

Nombre de pages : 224

ISBN : 9782382845837

Prix :

19.00 €

Présentation :

Le « Travail » est une question centrale dans notre société et l’un de ses principaux thèmes médiatiques. En pleine mutation, il nous ramène également à nos besoins anthropologiques premiers. Savoir aimer et travailler résumait selon Freud, la réussite de toute vie. Hannah Arendt ajoutant que tout homme désire construire une œuvre (opera en latin), autrement dit être « ouvrier » de sa vie.

Avec cette vaste question, les choses ne sont jamais sereines. Comme les influenceurs les plus en vue, le Travail est adulé ou détesté. Coupable de tous les maux et de toutes les « pénibilités », il est également celui que l’on pleure lorsqu’on est au chômage. Les travailleurs actuels désirent partir dès que possible à la retraite, mais dès qu’ils y sont, ils entament mille activités. L’oisiveté à l’antique, le droit bohème à la paresse sont remplacés par le workaholisme. Avec le télétravail, le bureau n’est plus nécessaire, pourtant la robe de bure d’où il vient étymologiquement semble toujours à la mode.

Fort heureusement, contre tous ces maux, les mots sont là. Ils nous ouvrent des horizons. Ils nous aident à repérer les paradoxes, à comprendre les récits, à formuler les hypothèses. L’une d’entre elles, à titre d’exemple : quand nous disons Je vais taffer et non pas Je vais worker, est-ce parce que nous refusons l’anglicisme ou parce que nous gardons inconsciemment la mémoire du Taf, le butin du corsaire ? En explorant l’éco-système du Travail - ses synonymes, ses antonymes, ses versions étrangères, ses ancêtres ou ses jeunes pousses -, ce livre donnera quelques conseils de tri sémantique. A commencer par celui-ci : gardons la racine indo-européenne qui donne aussi bien en ancien français, Trabs, la poutre du bois qui « travaille », que Trieb en allemand, la pulsion désirante ou en anglais Travel, le voyage... Mais refusons l’étymologie inventée par les moines du Moyen-Age avec leur fameux Tripalium…

Le livre s’attachera ainsi à montrer que le Travail, le plus souvent négatif dans nos représentations, peut être joyeux. Baudelaire avait choisi, lui qui disait : « Le travail est encore la façon la plus amusante de passer sa vie. »

EAN : 9782382845837

L'Atelier du Tripalium

Date de parution :    01/05/2024

Collection :    Essais

Nombre de pages :    224


Présentation :

Le « Travail » est une question centrale dans notre société et l’un de ses principaux thèmes médiatiques. En pleine mutation, il nous ramène également à nos besoins anthropologiques premiers. Savoir aimer et travailler résumait selon Freud, la réussite de toute vie. Hannah Arendt ajoutant que tout homme désire construire une œuvre (opera en latin), autrement dit être « ouvrier » de sa vie.

Avec cette vaste question, les choses ne sont jamais sereines. Comme les influenceurs les plus en vue, le Travail est adulé ou détesté. Coupable de tous les maux et de toutes les « pénibilités », il est également celui que l’on pleure lorsqu’on est au chômage. Les travailleurs actuels désirent partir dès que possible à la retraite, mais dès qu’ils y sont, ils entament mille activités. L’oisiveté à l’antique, le droit bohème à la paresse sont remplacés par le workaholisme. Avec le télétravail, le bureau n’est plus nécessaire, pourtant la robe de bure d’où il vient étymologiquement semble toujours à la mode.

Fort heureusement, contre tous ces maux, les mots sont là. Ils nous ouvrent des horizons. Ils nous aident à repérer les paradoxes, à comprendre les récits, à formuler les hypothèses. L’une d’entre elles, à titre d’exemple : quand nous disons Je vais taffer et non pas Je vais worker, est-ce parce que nous refusons l’anglicisme ou parce que nous gardons inconsciemment la mémoire du Taf, le butin du corsaire ? En explorant l’éco-système du Travail - ses synonymes, ses antonymes, ses versions étrangères, ses ancêtres ou ses jeunes pousses -, ce livre donnera quelques conseils de tri sémantique. A commencer par celui-ci : gardons la racine indo-européenne qui donne aussi bien en ancien français, Trabs, la poutre du bois qui « travaille », que Trieb en allemand, la pulsion désirante ou en anglais Travel, le voyage... Mais refusons l’étymologie inventée par les moines du Moyen-Age avec leur fameux Tripalium…

Le livre s’attachera ainsi à montrer que le Travail, le plus souvent négatif dans nos représentations, peut être joyeux. Baudelaire avait choisi, lui qui disait : « Le travail est encore la façon la plus amusante de passer sa vie. »

Prix :

19.00 €


à découvrir dans la même collection

à découvrir dans la même collection

Du Débarquement au Nid d'Aigle

David Webster

25.00 €

VOIR LE LIVRE

Révolution bambou

Jeanne Pham Tran

19.00 €

VOIR LE LIVRE

En avant la musique ! Glenn Gould

Lionel Esparza

14.00 €

VOIR LE LIVRE

Les Flamboyantes

Charlotte Montpezat

21.00 €

VOIR LE LIVRE